« Le terroriste noir », un roman remarquable de Tierno Monénembo

C’est le nom donné par la Gestapo au « tirailleur sénégalais » (guinéen), Addi Bâ, chef de la résistance d’un des premiers maquis de l’Est de la France.
Une construction maîtrisée par l’auteur faîte pour nous dérouter. La langue est celle de Germaine, paysanne d’un village du fin fond des Vosges. Une langue mâtinée de patois local, familière et étrange, qui en fait sa richesse poétique.
Ce village recueille à son « corps défendant » un tirailleur africain à l’agonie échappé de son régiment en déroute face aux Allemands. Sans précipitation, l’histoire se révèle tel un paysage émergeant des brumes hivernales des montagnes vosgiennes ; les personnages se construisent par touches successives comme éclairés par une lampe tempête qui s’approche puis se retire à la recherche de la vérité des cœurs. C’est à ce mystérieux nègre, seul militaire de cette contrée (avec le colonel à la retraite), qu’incombe la responsabilité de former les jeunes résistants au combat. Ce roman, c’est aussi la réhabilitation d’un pan de notre histoire, très vite oubliée : le rôle des soldats africains dans la libération de la France. Une vision décalée de la résistance, un auteur guinéen qui parle d’un de ses compatriotes par la voix d’une paysanne blanche. Tierno Monénembo est l’une des grandes plumes contemporaines africaines et il s’agit là de son dixième roman. Il nous rappelle aussi le rôle de la mosquée de Paris dans la résistance protégeant de nombreux juifs à l’intérieur de ses murs.
Ce roman me fait songer à la correspondance imaginaire, poétique et émouvante, de l’écrivain Françoise Ascal avec Simon, tirailleur sénégalais disparu en défendant la colline de Ronchamp aux confins des Vosges et de la plaine d’Alsace : « Un automne sous la colline ». Faudrait il revoir le film de SEMBENE Ousmane « Le camp de Thiaroye » pour compléter cet hommage à ces soldats venus des colonies et morts pour la France ? Mais ces oubliés de l’histoire annoncent aussi les indépendances africaines, cette Europe à la fois admirée et honnie est faillible !

Monenembo_200« Addi Bâ s’était assis devant sa porte et avait attendu que je sorte pour aller prendre le train. Je lui fis au revoir de la main et pris à gauche la route menant à la gare de Merrey.
– Pas par là, Germaine, de l’autre côté !
– Mais…
– Faites ce que je vous dis, Germaine !
Il s’était exprimé d’une voix effrayante. Quelque chose m’indiquait que je devais lui obéir sans chercher à y voir clair. Je sortis du village et longeai la forêt, en fredonnant une chanson. Et qu’est-ce qui se passa ? Un monstre bondit des fourrés, manquant de peu me renverser. Épouvantée, je fermai les yeux, croyant déjà ma dernière heure arrivée, mais quand je les rouvris un petit garçon chétif et mal peigné était planté devant moi.
– Que fais-tu ici, toi ? dis-je d’une voix tremblotante qui le fit rire
– Je suis votre frère.
– Je n’ai jamais eu de frère.
– Tenez, voici mes papiers !
Il s’appelait bien Tergoresse, Antoine Tergoresse, né le 5 mai 1932 à Romaincourt, de Léon et de Madeleine Tergoresse. C’était mon frère.
Je lui tournai le dos et partis en accélérant le pas, pour lui faire comprendre que je ne voulais pas de lui. Mais il était têtu et il courait aussi vite que moi. Lorsque nous arrivâmes en vue de la gare de Merrey où patrouillaient les Allemands, je me retournai et le regardai dans les yeux :
– Tu es juif, toi, n’est-ce pas ?
– Non, j’ai jeté mon étoile.
– Fais attention quand même !
J’examinai de nouveau ses papiers et fus rassurée : le billet, le laissez-passer, tout était en règle. Nous montâmes dans le train et cela m’amusa de constater avec quelle facilité les Allemands s’étaient laissé berner. Ce gosse était juif et cela se voyait comme le nez au milieu du visage : ces cheveux noirs et frisés, ce nez crochu, ce regard lumineux, cette beauté mystérieuse propre aux peuples anciens. Cela me fit rire et je me dis en moi-même : « Ils sont donc comme ça, ces Boches ? Comment auraient-ils réagi si on avait cousu une étoile de David sur la veste du Führer ? » Nous subîmes bien une dizaine de contrôles avant d’arriver à Paris et personne ne se douta que je trimballais avec moi un sale petit Juif destiné aux wagons plombés et aux fours à gaz. Il n’avait que ses papiers et un sac à dos qui devait contenir ses fripes. Il ne possédait rien d’autre à part ça : ni biscuits ni bonbons, ni morceau de pain ni argent. Je dus couper en deux mon frichti pour ne pas le voir mourir de faim. À la gare de l’Est, j’ouvris mon porte-monnaie pour lui fourguer quelques pièces.
– Nous voilà à Paris, tu as quelque part où aller, je suppose ?
– Tu sais très bien où tu dois me conduire.
– Moi ?
– À la mosquée !
– À la mosquée ?
Il ne répondit pas et je compris qu’il était inutile d’insister. Nous parvînmes à la mosquée et je me dirigeai vers la porte latérale pour appuyer sur la sonnette. Saleh apparut avec sa djellaba et ses dents gâtées par les sucreries et le tabac.
– Ah, la jolie fille des Vosges ! Tu nous as apporté des oignons ?
– Non, je vous ai apporté ceci.
Et d’un air qui voulait dire que je n’étais pas contente, je montrai le gamin qui me parut soudain craintif, presque au bord des larmes, lui qui avait si bien crâné devant les cheminots et les Boches.
– Mais je n’attends personne, c’est une erreur, ça ne peut être que ça, fit-il en tentant de refermer la porte.
Mais le garçon avança sa jambe pour l’en empêcher et l’énergie qu’il y mit stupéfia l’Arabe, qui involontairement lâcha la porte.
– Monsieur, laissez-moi entrer, je vous en prie.
Le garçon avait toujours sa jambe coincée dans l’entrebâillement, et maintenant il pleurait à chaudes larmes.
– C’est une erreur. Je n’attends personne, moi. Allez, partez d’ici !
À cet instant, le petit Juif surmonta ses sanglots et, de toutes ses forces, aboya sur le visage de l’Arabe :
– Hâtons-nous lentement !
– Bon, bon, bon, se ravisa Saleh en montrant son abominable sourire. Allez, entre, mon petit. Et vous, partez d’ici ! Vous n’avez pas d’oignons ? Partez d’ici !

« Hâtons-nous lentement ! » Je n’en compris le sens que lorsque je me tournais et retournais dans mon lit, littéralement frigorifiée, oppressée par tout le silence qui émane d’un dortoir de bonnes soeurs par une nuit de dimanche. Mais ce qui m’empêchait de dormir, ce n’était ni le froid ni l’angoisse flottant dans l’air de ce lieu austère voué au Christ, à la prière et au chagrin. Je me répétais ce qu’avait dit le petit Juif. Ces mots, je les avais entendus, il y avait longtemps, très longtemps. Quelqu’un me les avait fourrés dans l’oreille pour qu’ils n’en sortent plus jamais. Je dus remuer mes souvenirs d’enfance pour dénouer l’énigme et, quand la réponse jaillit enfin, je pus m’endormir avec l’impression apaisante d’en savoir davantage sur l’existence.
Cette phrase était du Boileau, j’ai oublié le titre du livre mais je vois encore les doigts amoureux de M. Le Rognon, l’instituteur, pétrir son épaisse couverture noire ceinte d’un liseré rouge. Je sais que c’est un livre de Boileau, la lumière parmi les lumières, le maître à penser de M. Le Rognon. « Hâtons-nous lentement ! » Ces mots, on les trouvait partout, sur la première page de nos cahiers, dans un coin du tableau, dans nos dissertations. Le petit Juif les avait ressortis comme s’il avait été de ma classe, comme si M. Le Rognon lui avait expressément expliqué ce qu’ils voulaient dire. Et Saleh s’était radouci, et Saleh lui avait souri, et les portes de la mosquée s’étaient refermées pour le protéger des calamités du dehors. J’ignorais que de simples mots avaient le pouvoir magique d’un sésame. Je ne savais pas que le monde se résumait souvent à des barrières et à des mots de passe. C’était le désastre, monsieur. Survivre représentait déjà en soi un acte de résistance. Sauver sa peau revenait à sauver les autres, tous les autres.
Mais ça, c’est quelque chose que l’on ne comprend pas tout de suite. Il faut attendre la fin du cauchemar, que tout s’arrête : la famine et la peur, les parades militaires, le vacarme des trains, le déluge des bombes. Et c’est seulement lorsque les vallons ont repris leurs couleurs que vous réalisez à quoi vous venez d’échapper, et combien une parole, un geste insignifiant concourent à préserver la vie. Même moi, Monsieur, j’avais fait de la résistance à mon insu et sans l’avoir demandé.

Publicités

Brève // Des ateliers internationaux pour les programmateurs de festival avec l’EFA

Former 45 jeunes programmateurs de festivals en leur apportant des compétences de gestion dans le domaine artistique, tel est l’objectif des ateliers mis en place par l’EFA (European Festivals Association) en 2013 et 2014. La 6e édition de ce programme se déroulera du 05 au 12/10/2013 à Beyrouth (Liban). Durant ces séminaires, 10 professionnels internationaux (dont les Français Bernard Faivre d’Arcier, Marie-Agnès Sevestre et Gérard Mortier par le passé) partagent leurs expériences et savoirs avec les participants. Lors des 5 éditions précédentes, 28 professionnels ont travaillé avec 172 programmateurs de festivals issus de 52 pays.
6e édition :
Beyrouth (Liban) : du 05 au 12/10/2013
Inscriptions jusqu’au 31/03/2013
7e édition :
Édimbourg (Royaume-Uni) : du 03 au 10/04/2014
Inscriptions jusqu’au 30/06/2013

Financer les actions de formation des bénévoles associatifs avec le FDVA// 18 mars 2013 au national

Les bénévoles sont le ferment de la vie associative. Ils vous accompagnent dans les décisions importantes, s’engagent dans les activités de votre association. Chouchoutez les!
Grâce au Fonds de Développement de la Vie Associative, vous pouvez financer des actions de formation tournées vers le développement des compétences des bénévoles élus ou responsables d’activités.

A titre complémentaire, le FDVA permet également le financement:
– d’études et d’expérimentations (au plan national) contribuant au développement de la vie associative dans une perspective d’innovation sociale (nouveaux besoins de la population, évolution des territoires, coopération/mutualisation);
– au plan régional et à titre non reconductible, la mise en oeuvre, dans leur phase de lancement, de projets ou d’activités créés par une association et destinés à la population.

 La campagne 2013 débute !
Chaque année un appel à projets national et des à projets régionaux sont publiés. En région, ce sont les Directions régionales de la jeunesse et des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) qui sont chargées d’animer la mise en œuvre du FDVA. Vérifiez les dates de dépôts des dossiers, elles sont différentes selon les régions.

 Les formations éligibles
Des formations à caractère régional, départemental ou local, en adéquation avec le projet associatif et adaptées aux contraintes et disponibilités des bénévoles. En principe ces formations sont gratuites pour les intéressés.
Deux types de formation sont concernés par l’appel à projet 2013 :
* Formations centrés sur le projet associatif et les activités de l’association (dites « spécifiques ») comme une formation à l’écoute si l’association a pour objet l’accueil de personnes en difficulté.
* Formations liées au fonctionnement courant de l’association (dites « générales »), comme des formations en gestion, comptabilité, ressources humaines
Les formations organisées uniquement sur le mode du « partage d’expériences » sont éligibles lorsqu’elles constituent un approfondissement de connaissances.

Les formations à caractère national ou inter-régional relèvent de l’appel à projets national.

 Le Public
Le public destinataire de ces formations est constitué des bénévoles (adhérents ou non) de l’association fortement impliqués dans le projet associatif, réguliers et exerçant des responsabilités (élus, responsables d’activités) ou exerçant leur activité avec une grande autonomie. Le dispositif n’a donc pas vocation à financer des séances d’information de nouveaux bénévoles.

Le Financement
La subvention est calculée à partir d’un forfait journalier au minimum de 500 € et au maximum de 700 € selon les régions.

Mais pour plus de détails reportez vous aux notes d’orientations de votre direction régionale
Le F.D.V.A. en Auvergne
Le F.D.V.A. en Basse-Normandie
Le F.D.V.A. en Bretagne
Le F.D.V.A. en Languedoc-Roussillon
Le F.D.V.A. en Limousin
Le F.D.V.A. en Midi-Pyrénées
Le F.D.V.A. en Pays de Loire
Le F.D.V.A. en Picardie
Le F.D.V.A. en Poitou-Charentes
Le F.D.V.A. en Provence-Alpes-Côte d’Azur
LE F.D.V.A. en Rhône-Alpes

%d blogueurs aiment cette page :